Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 septembre 2013

Communiqué suite à la conférence de presse de la CGPER et l'intervention de M. Thierry ROBERT

Depuis ce weekend, la polémique est née à propos d'un projet sud-africain sur la commune de Saint-Louis. Ce projet suscite des propos intelligents (tenus par les représentants du monde agricole) et d'autres propos insultants (tenus sur les médias par les frères Robert).
 
D'abord, il est nécessaire de situer le contexte : le maire de Saint-Louis a invité vendredi après-midi à une réunion les porteurs d'un projet (avec des Sud Africains comme investisseurs) de centre commercial de 35 000 m² (pouvant évoluer vers 70 000 m²), les agriculteurs propriétaires ou locataires dans le cadre du GFA de la Plaine du Gol, la Région, la Safer et le Conseiller Général du canton concerné (la courtoisie républicaine et l'intérêt supérieur de Saint-Louis exigeaient que je réponde présent). Ce n'est pas un projet de la Commune de Saint-Louis, mais bien de privés, et l'hippodrome n'est pas dans le projet présenté, mais pourrait s'y ajouter  !
 
Ensuite, il est indispensable de préciser que les investisseurs n'ont fait qu'exposer leur projet, et les invités ont écouté et ont émis des observations.
A aucun moment, il n'a été acté quoi que ce soit, tant des élus que des autres invités, sinon de rappeler que les collectivités ne pourront accompagner ce projet : 
- d'abord si les obstacles administratifs ne sont pas levé : révision du PLU et du SAR qui se basent, je le rappelle, sur la Charte de Développement Agricole que j'ai fait adopter en 2005 (charte qui place la plaine du Gol comme secteur de production cannière à préserver à tout prix),
- ensuite si les agriculteurs ne souhaitent pas vendre. Et dans une discussion en aparté à la fin de la réunion, j'ai bien réaffirmé aux agriculteurs présents que rien ne se ferai sans eux et qu'ils étaient libres de vendre leur terrain ou pas : personne ne peut les y obliger !
 
Enfin, il n'est pas inutile de dire que ce projet de Centre Commercial étranger de grande envergure est intéressant économiquement  (pour une meilleure concurrence en faisant baisser les prix, pour la création d'emplois dans une ville sinistrée et pour un rééquilibrage des investissements dans le bassin sud). Mais il ne pourra vraisemblablement être implanté dans la plaine du Gol pour trois raisons évidentes non séparables les unes des autres : il faut un consensus institutionnel qui sera difficile à obtenir, il faut une compensation à l'hectare près des terres à canne à fort rendement perdues pour que l'Usine du Gol ne perde pas en production, il faut établir un juste et égal prix aux agriculteurs qui devraient trouver des terrains équivalents pour continuer leur activité.
 
Aussi, en mes qualités d'élu et de citoyen saint-louisien, je comprends aisément et partage les inquiétudes de la Chambre d'Agriculture (M. Minatchy sait à quel point nous sommes d'accord sur certains sujets sensibles) et de la FDSEA dont beaucoup d'adhérents étaient d'ailleurs présents à la réunion de ce vendredi.
 
Mais  je ne peux entendre certaines inepties proférées par Thierry Robert et son nervi de frère (sur les ondes de radio Freedom) sans être désagréablement surpris que des personnes puissent parler autant de ce qu'ils ne maîtrisent pas. Cela renforce mon sentiment que le niveau politique et intellectuel de certains, notamment du député de la Circonscription, est proche de l'infiniment petit.
Ces messieurs ne semblent intervenir non pas pour défendre des agriculteurs (qui n'ont rien à craindre puisqu'ils sont les décideurs) et les commerces du Centre-ville (qui connaissent tous le combat que j'ai mené en 2000 contre l'implantation d'un centre commercial à Pierrefonds) mais bien pour préserver leurs propres intérêts personnels en tant que chefs d'entreprise liés au secteur de la distribution. Comme à l'époque où ce maire de Saint-Leu s'allongeait par terre pour soi disant défendre la baisse du carburant pour les réunionnais, mais qui en sous main ne défendait que les intérêts de ses entreprises de Transport.

Ce qui nous fait conclure que ce projet ne se fera pas avant longtemps car la polémique actuelle vient encore plus de le tuer, alors que nous serions tous avisé de chercher comment une telle enseigne peut s'installer ailleurs sur Saint-Louis ou dans le Sud. Mais je tiens à souligner que faire du bruit peut être une spécialité, mais parler d'économie, la vraie, avec des perspectives en est une autre. On ne peut continuer à casser politiquement des projets pour Saint-Louis, puis accepter que ces projets partent ailleurs après (la Possession est le deuxième site prospecté par le groupe d'investisseurs) ou ne pas se réaliser : souvenons-nous du projet de Multiplexe de Saint-Louis, parti à Saint-Pierre par lobbying et qui n'est toujours pas sorti de terre 10 ans après.

Les commentaires sont fermés.