Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 mai 2013

Réponse sage à Max Bénard !!!

Dans une lettre ouverte parue dans le JIR du dimanche 6 mai 2013, page 2, tu m'interpelles, en des termes peu amènes en ce jour de fêtes des mères, sur la réunion que j'ai organisée conjointement avec Patrick Malet en direction des agents municipaux de la Commune de Saint-Louis.
 
 
Cher collègue, merci de ta réaction! Elle me permet de croire qu'à Saint-Louis, il n'y a pas que les élus de l'opposition de Saint-Louis et le Conseiller Général de la Rivière qui existent encore sur cette commune.
 
Mais j'aurai aimé que tu sortes de l'enfantillage (j'allais dire l'infantilisme, mais je ne veux pas que tu te sentes blessé même si chez toi, c'était la volonté première!) qui consiste, pour l'homme politique moyen, à critiquer ce que fait ou dit son adversaire sans rien proposer. La maladie congénitale de La Réunion, ces dernières décennies, c'est justement le moucatage gratuit (sport préféré de nos concitoyens...), alors qu'il nous faudrait une confrontation des idées et des projets pour sortir notre pays du sous-développement (pas seulement économique ou social, mais aussi culturel donc intellectuel).
 
Pour revenir au fond de ce que nous avons proposé pour les employés communaux, tout ce que nous avons dit ne coûtera pas plus cher à la commune que ce que vous dépensez aujourd'hui, bien au contraire. Et c'est justement le fait que je sois un cadre de la fonction publique territoriale et que j'ai le respect de mes collègues qu'en tant que politique je leur dis : "Chacun à sa place et tout le monde au travail".
 
Je ne suis ni démagogue ni irréaliste mais un politique responsable (la maturité n'est pas une posture à vouloir être sage!) qui veut que ceux qui servent la collectivité soient reconnus comme tels, et non comme des esclaves ou des robots désorganisés. Et ne t'inquiètes pas de ce que dira la Chambre Régionale des Comptes (en posant cette question, tu viens d'induire inconsciemment le fait qu'en 2014 je serai élu, ce dont je te remercie car tu confirmes la tendance qui se dessine!), je discute assez avec les magistrats qui y sont pour savoir que je ne les décevrai pas.
 
Dommage mon cher Max que tu parles tant sans avoir été présent à cette belle réunion : tu sembles donc "savoir" ce que tu ne sais pas (encore une maladie intellectuelle congénitale?) puisque les agents présents te diront que j'ai exactement dit le contraire des envolées que tu jettes dans ton courrier.
 
En attendant que je puisse un jour t'expliquer les bienfaits de la tradition ouvrière de Saint-Louis, quand les usiniers réunionnais (je dis bien "réunionnais", en terme de conscience réunionnaise, en contradiction avec les actionnaires de maintenant) avaient créer la sécurité et la loyauté dans les familles (en permettant au fils de remplacer son père décédé, parti en retraite ou lors de l'accident de ce dernier), je souhaite que tu m'aides à mieux comprendre cette maxime chinoise :
 
"Celui qui sait, et sait qu'il sait sans s'arrêter de chercher à savoir, est un sage : suivons le!
Celui qui sait, et ne sait pas qu'il sait, est un endormi : réveillez-le!
Celui qui ne sait pas, et sait qu'il ne sait pas, est un ami : apprenez-lui!
Celui qui ne sait pas, et ne sait pas qu'il ne sait pas, est dangereux : fuyez-le!"

Très cordialement,

Les commentaires sont fermés.