Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2013

Un scandale sanitaire "étouffée" en Guadeloupe et Martinique !

Dans l'enceinte du Conseil Général de la Martinique, j'ai participé hier à un débat surréaliste sur le thème "Quel avenir pour le plan Chlordécone dans les départements de Guadeloupe et Martinique".

Non pas que le sujet (pollution des sols, des eaux, des plantes et de la faune comestibles par la molécule de cette substance utilisée pour lutter contre le charançon de la banane de 1972 à 1993) soit inabordable, mais bien parce que les mots qui ont été utilisés détonnent : "scandale et désastre économique" pour le 1er Vice Président du Conseil Général de Martinique, "empoisonnement" pour son homologue de Guadeloupe, "génocide" pour Garcin Malsa, Conseiller Général indépendantiste.

Hélas, et c'est en ce sens que je parle de surréalisme, malgré des mots extrêment forts puisque la conséquence de cette pollution est la mort de plusieurs personnes au fil des années (cancer de la prostate et maladies pour les enfants), j'ai constaté le peu d'enthousiasme des élus (à l'exception de Garcin Malsa et du Président de l'Association des Département de France, Claudy Lebreton, Président du Conseil Général en Bretagne) à me suivre lorsque je leur ai indiqué que, parce que nous sommes en train de parler d'un scandale écologique et de santé publique, il n'y a plus lieu de débattre mais d'agir en justice afin de rechercher les responsabilités et faire payer (civilement et pénalement) l'Etat, les producteurs de banane et les entreprises créatrices et distributrices du Chlordébcone après 1979 (année de son interdiction aux Etats-Unis et de début des alertes des médecins).

J'ai bien senti l'agacement des élus de la majorité du Conseil Général de Guadeloupe devant nos interventions (j'ai été suivi en ce sens par mon collègue Gérard Françoise de Saint-Denis), particulièrement celle de Garcin Malsa qui est dans l'opposition départementale et qui a osé dire que les élus avaient "peur" des vrais coupables (le lobby bananier et l'Etat) qui transforment sur ce dossier la Martinique en "république bananière".

Au lieu d'agir en justice, et donc de frapper fort avec et pour leur leur population, une motion a été adoptée afin que l'ADF demande la mise en place d'une Commission d'enquête parlementaire (qui avait déjà été refusée par le Gouvernement et le Parlement aux élus martiniquais qui avaient duû se contenter d'une mission parlementaire, sans moyens d'investigations, confiée à... deux députés de Martinique. Sans résultats.

Les peuples martiniquais et guadeloupéens méritent mieux. Qu'en pense Victorin Lurel, ancien élu de Guadeloupe et ministre de l'Outre-mer?

Commentaires

Voila pourquoi le peuple ne s'intérresse plus à la politique , la majorité de nos élus ont peur de leur ombre. Nous attendons d'eux qu"ils montrent le chemin ,qu'ils prennent l'initiative pour la défense et le respect de leur administrés,qu'ils soient la figure de proue . Il y en a quelque uns mais trop peu.le peuple vous soutiendra si vous faites pour eux.

Écrit par : Roger adelaide | 15 juin 2013

si c pr attendre sur les politiques rien ne va avancer, ils n'ont pas de couilles, c'est tjs les mêm qui s'en sortent. je suis d'accord que les coupables payent, on ne va pas rester éternélemt à constater et rien n'avacent. évidemment si l'un d'entre eux n'est pas personnelemt concerné, ils vt rein faire pr nous. voici ceux qui disent qui défendent la population, et c'est les même qui demandent l'autonomie ect. comment on va faire pr gérer un pays avec ces gens là. faut pas s'attendre qu'ils fassent qqe chose pour nous.il faut mobiliser la population, c'est la seule solution pr se faire entendre et c'est là qu'il vt bouger et on verra vraimt ceux qui st pr le peuple martiniquais et ceux qui ft la politique politicienne. il faut se bouger. si c'était en France que ça se passait ou un autre grd pays. se serait déjà réglé. c se foutre du martiniquais.

Écrit par : adelise | 15 juin 2013

En tant que biologiste,je suis stupéfiè de constater que si tout le monde est d'accord sur la présece de la chlordécone dans les sols durant au bas mot une centaine d'année; en Guadeloupe,nous sommes peu nombreux à tirer la sonntte d'alarme pour crier son effet néfaste sur nos enfants et les générations à venir! Les résultats scientifiques qui montrent les effets sur le cerveau laissent à penser que à partir de nos petits enfants nous aurons un fort taux de débiles physiques mais aussi mentaux auxquels faire dire et amettre n'importe quoi comme au temps de l'esclavage- contre lequel nos arrière grands parents ont lutté -mais sous une forme sournoise pire que ce qu'ils auront connu. Cet avenir est à dénoncer avec autant de force que celui de la présence de la chlordedécone dans les sols Aujourd'hui, vu l'apathie de tous devant cet avenir , on est en droit de se demander si conjointement à l'alcool, la chloredécone n'a pas déjà commencé son travail d'abrutissement!
Nous réclamons un meilleur avenir pour les génération futures? Ce combat n'a de chances d'aboutir que si nous sortons de l'attentisme et rejoignons les rangs de ceux qui ont engagé le combat, conscients de ce que nous ne voulons pas avoir que débiles mentaux comme petits et arrières petits-enfants

Écrit par : MOUËZA | 15 juin 2013

En tant que biologiste,je suis stupéfiè de constater que si tout le monde est d'accord sur la présece de la chlordécone dans les sols durant au bas mot une centaine d'année; en Guadeloupe,nous sommes peu nombreux à tirer la sonntte d'alarme pour dénoncer comme lourd de conséquences son effet néfaste sur les générations à venir! Les résultats scientifiques qui montrent les effets sur le cerveau laissent à penser que à partir de nos petits enfants nous aurons un fort taux de débiles physiques mais aussi mentaux auxquels il sera encore plus aisé que aujourd'hui de faire dire et admettre n'importe quoi comme au temps de l'esclavage -contre lequel nos arrière grands parents ont lutté -mais sous une forme plus sournoise, pire que ce qu'ils auront connu. Cet avenir est à dénoncer tout de suite, en même temps, avec autant de force que celui de la présence de la chlordedécone dans les sols. Aujourd'hui, vu l'apathie de tous devant cet avenir, on est en droit de se demander si conjointement à l'alcool, la chloredécone n'a pas déjà commencé son travail d'abrutissement!
Nous réclamons un meilleur avenir pour les génération futures? Ce combat n'a de chances d'aboutir que si nous sortons de l'attentisme et rejoignons les rangs de ceux qui ont engagé le combat sur la présence de la chordécone dans les sols, conscients de ce que nous ne voulons pas avoir que des débiles mentaux comme petits et arrières petits-enfants auxquels n'importe quoi pourrait être imposé! Il y va de leur vie, de notre présence et de notre avenir sur ce sol, notre Patrie.

Écrit par : MOUËZA | 15 juin 2013

Qui cela peut-il encore étonner ?
L'inertie, voire le mutisme coupable, de nos élus et de nos dirigeants me parait sans limites.
Les enjeux économiques sont tels pour les dégâts de la chlordécone que rien de concret ne sera fait. Comment en effet réhabiliter des milliers d'hectares contaminés pour des siècles, indemniser les pêcheurs de Guadeloupe et Martinique laissés sur le carreau, accompagner les cancers de la prostate et les handicaps de nos enfants. Circulez, il n'y a rien à voir !
Et pourtant, cette affaire est bien plus grave que celle du sang contaminé, pour laquelle nos dirigeants de l'époque se sont autoproclamés responsables mais non coupables.

Écrit par : ABILLON | 16 juin 2013

Suite de mon commentaire.
Et on continue de plus belle avec l'épandage aérien, avec des fongicides suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, lesquels sont de véritables bombes à retardement dont les effets se feront ressentir dans une génération?
Et on a continué pendant des années à faire des épandages au banol seul (une fois sur deux) en contravention avec les règlements, de par l'incompétence, voire la complicité, des DAAF de Guadeloupe et de Martinique, en principe chargées de veiller au respect de ces règlements. Responsables mais pas coupables ?
J.-M. Abillon ( www.collectifvigilancecitoyenne.org ).

Écrit par : ABILLON | 16 juin 2013

Le peuple doit s'unir pour obtenir justice, il ne s'agit plus de déléguer au système de "pwofitation" dont nos politiques sont les garants nos demandes et nos exigences... ce serait un non sens... ils sont complices de ce crime contre leur population et à l'évidence ne reconnaissent même pas leur responsabilité pleine et entière et même ceux qui ont pris la suite, sans attaquer au nom du peuple leurs prédécesseurs. Au temps des justes seuls les justes subsisteront... Pour les peuples noirs déportés et leur descendance il faut un outil sur mesure, cet outil c'est la Maatocratie....

Maat-Ka-Ré Madakongo Juin 2013

Écrit par : Ras Ôm | 19 juin 2013

C'est par la négligence des petites erreurs ,que prennent naissance les grandes fautes.
Il faut peut-être, demander aux ex industriels, des comptes. en l'occurrence:
AYOTT? AUBIRY? SIMONET? J-NOUIT? BAUVERAR? WAKTER? ETC.
an 1950 j'avais (9ans)l'engrais m'a abimer, les mains; le désherbant m'a intoxiquer s'est révélé dangereux ce qui m'a alerté;
ainsi que d'autres.
Combien de temps s'est-il écoulé avant que je ne m'en aperçoive ?
Aujourd'hui je suis handicapé, invalide ,diabétique .

Écrit par : SAHAÏ | 21 juin 2013

Une question certes très innocente, si les homme politiques ne portent pas plainte, qu'est-ce qui empêcherait que les Martiniquais et ou Guadeloupéens portent plainte. En plus la loi a évolué lorsque le consommateur porte plante contre une administration ou une entreprise ...

Écrit par : Nènès | 25 juin 2013

la banane est la pire des solutions agricole: elle favorise les subventionnaires, empoisonne la population, engorge les décisions gouvernementales, pourrit la liberté de culture. Tous les pays environnants ont cessé sa culture au profit d'autres produits agricoles plus performants: barbades: 85% d'autosuffisance alimentaire, pib en hausse, emploi dans les secteurs de transformation etc.... Martinique: 15% d'autosuffisance alimentaire, plus de 30 000 cas de cancers, lymphomes, prostatites, et le prefet qui resigne d'épandage aérien !!!! la justice va finir par se faire dans la rue !

Écrit par : robinson | 05 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.