Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2013

Conseil municipal du 21 mars

Le Conseil Municipal de Saint-Louis a examiné ce jeudi 21 mars ses comptes administratifs et de gestion. Ne pouvant être présent à cette réunion de travail pour raisons médicales (les autres élus de l'opposition seront présents et auront ma procuration), je me permets de donner mon point de vue sur les affaires à l'ordre du jour.

Nous passons du très mauvais au pire car ce que nous y découvrons est sidérant :

- pour la première fois, la section d'investissement accuse un déficit de 3,7 millions d'euros. Cela ne serait pas grave si c'était conjoncturel, à savoir que exceptionnellement la quantité des travaux avait dépassé les prévisions : là, c'est l'effet d'une dépense supérieure aux recettes. Ce qui fait tant en mandats (-1,3 million) qu'en restes à réaliser (-2,4 millions), le déficit s'installe de façon structurelle.
 
La conjoncture de ces facteurs préfigure une aggravation de la structure budgétaire de la Commune. En clair, Saint-Louis coule de plus en plus car incapable de faire progresser des recettes et de faire en même temps baisser les dépenses. La politique de rigueur imposée au citoyens Saint-Louisiens et Riviérois ne va que s'amplifier : réduction des mesures sociales, absence de qualité des services publics tel que la cantine, l'environnement ou l'éducation, investissements réduits à peau de chagrin permettant d'augmenter le chômage.

Dans ce contexte, le tour de passe-passe depuis 2010 de reporter à nouveau, chaque année, 15 millions d'euros en investissement pour essayer de masquer le déficit du budget global, ne fait plus illusion cette année. Même le résultat global est déficitaire. Ainsi, l'argent que nous avons pour investir (excédent d'investissement reporté) diminue, sans que n'augmente l'argent qui doit rentrer (recettes d'investissement) pour investir, avec en même temps une incapacité à diminuer un déficit de fonctionnement résiduel : voila la triste réalité Saint-Louisienne dont tant les élus de la majorité que les autorités de tutelle continuent de nous présenter comme en bonne voie pour 2014.
Dans ce contexte, présenter des orientations budgétaires qui ressemblent au monde enchanté de Disney est une insulte à l'intelligence et au bon sens de nos concitoyens.
Lorsque les mensonges ou l'autosuggestion deviennent institutionnelles, les citoyens contribuables que nous sommes à Saint-Louis pas sortis du mauvais film dans lequel ils jouent à contre-coeur. Et s'il n' y a pas de politique de rupture, ce sera une catastrophe identique à Angoulême.
Et l'annonce de la création prochaine de la Commune de La Rivière, aussi intéressante soit-elle, n'enlèvera rien au fait que les deux communes devront se partager un déficit non résorbé, au prorata de leur population respective.
 

Les commentaires sont fermés.