Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2012

Un débat présidentiel effarant!

La mort d'une personne, tuée par balle par les policiers en banlieue parisienne, donne lieu aujourd'hui à un débat surréaliste:

1) des policiers qui défilent sur les Champs Elysées et s'offusquent que leur collègue puisse être mis en examen et poursuivi pour homicide,

2) des magistrats qui se taisent,

3) un Président de la République qui revendique la création d'un droit à la présomption de la légitime défense pour les policiers en fonction,

4) un candidat socialiste à la Présidence qui demande à sauvegarder le salaire d'un policier suspendu de ses fonctions et le droit automatique à la protection juridique par son administration lorsqu'il a commis une faute grave.

Je crois rêver: on s'assied allègrement sur tout ce qui fait les fondements de notre République, particulièrement l'Egalité.

Où est l'égalité de traitement entre justiciables? Demain, deux citoyens qui tirent sur un homme et le tuent ne seront pas poursuivis de la même façon: l'un va au trou direct parce qu'il a tiré dans sa cour sur un voleur qui s'enfuyait, l'autre sera protégé parce qu'en tant que policier il a tiré sur la voie publique sur un voleur qui s'enfuyait. Et dans les deux cas, le gars reçoit une balle... dans le dos!

Comment peut-on invoquer la légitime défense ou une quelconque dérive accidentelle lorsqu'on tire dans le dos de quelqu'un? Si on veut délivrer un permis de tuer, on ne s'y prendrait pas autrement...

Cette dérive est anti-républicaine, car la tradition veut que la police serve et protège. Lorsque l'ordre prime sur la loi, que les accusés n'ont plus de droit, que les victimes supposées sont idôlatrées, que la notion de justice cède le pas à l'oppression de l'émotion ou de la morale déraisonable, alors nous ouvrons la porte à une dictature.

Cette élection présidentielle va en plus nous amener dans un drôle de dilemne :

1) Sarkozy réélu verra son quinquenat pourri par les manifestations de rue orchestrées par la gauche radicale, et par une dérive autoritaire qui feront oublier la justesse des décisions économiques;

2) Hollande élu verra son quinquenat pourri par une radicalisation de la droite, et une explosion de notre système social de par l'absence de mesures économiques d'envergures, malgré le progrès de certaines décisions sociétales et la quantité d'aides sociales distribuées.

Dans les deux cas, faute d'avoir eu un débat présidentiel à la hauteur des enjeux en 2012, nous aurons en 2017 un duel Marine Le Pen - Jean Luc Mélanchon au second tour, soit l'extrême droite contre l'extrême gauche. Quelle drôle d'avancée démocratique !!!

Commentaires

bonjour mais dites moi vous vous étes regarder dans un miroir avant de donner des commentaires pourquoi croire en vous mais pas a l'autre... parceque je constate dans tous vos intervention ; vous vous donner a coeur joie de faire des commentaires de ce type sur les actualitées .Avez vous un don pour voir l'avenir MR ...Une autre chose qui m'interpelle c'est sur le déficit budgétaire de la commune de st louis que toujours vous aimez pareil ... a vous montrer en spectacle... Comme vous lisez en l'avenir pourquoi ne pas donner des idées au MAIRE actuelle pour qu'il puisse en couvrir le déficit avec vos bonnes idées n'est ce pas ....DERNNIERE QUESTION aimeriez vous RECONQUERIR LA VILLE DE ST LOUIS étant donner que budgètairement comme vous le préciser souvent qu'elle est RUINEE.
AVEZ VOUS PEUT ETRE DES INTERET PERSONNEL A PRENDRE QUE VOUS AVEZ OUBLIEZ !!!!!!


Merci de me répondre .............

Écrit par : un ami qui veut votre bien pour 2014 | 30 avril 2012

Les commentaires sont fermés.