Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 octobre 2011

Primaires à gauche? Une révolution démocratique

Qu'importe le résultat des primaires à gauche et donc qui sera désigné comme candidate(e) à la présidence de la République, le principe de la création et de la réalisation de ces primaires est aujourd'hui à saluer comme une révolution démocratique.

Ce concept a été adopté dès l'indépendance par les Etats-Unis d'Amérique. Si on peut être fière que les deux premières constitutions américaines aient été inspirées par les Lumières et la Déclarartion des Droits de l'Homme et du Citoyen, force est de constater qu'il a fallu à la France (le maître) plus de 235 ans avant de prendre une invention de l'Amérique (l'élève).

En tant que citoyen électeur de droite (même si je nuance toujours en disant Centre Droit), force est de constater que cette idée neuve ringardise la Droite et nous oblige à revoir notre logiciel.

En premier lieu, ce sont bien des primaires à gauche dont il s'est agi puisque trois partis ont participé officiellement (le Parti Socialiste, la Parti Communiste Réunionnais et le Parti Radical de Gauche). Les autres partis qui n'y ont pas officiellement participé se sont vus doublés par leurs sympathisants, militants et adhérents qui ont voté à cette primaire contre les tergiversations des appareils. Ce processus a donc bousculé les partis politiques.

En deuxième lieu, les bases d'une bipolarisation de la vie politique sont renforcées (à ma grande joie!). Cette bipolarisation va se traduire par la reconnaissance d'une droite et d'une gauche, donc de deux grands courants de pensée et d'actions qui vont obliger les partis à se définir selon ces deux postulats: dans quelle fédération d'idées se place tel ou tel parti, tel ou tel militant.

En troisième lieu, il y a, par ces primaires, une reconnaissance des courants de pensée à l'intérieur de chaque groupe politique, du centre gauche à l'extrême gauche dans la gauche et du centre droit à l'extrême droite dans la droite. C'est un fait idéologique, pas encore une reconnaissance politique. Cela le deviendra le jour où la droite fera la même chose, en organisant des primaires. Et donc, éliminera de facto la notion de centriste "ni de droite ni de gauche" et la mouvance anti-républicaine: ce seront les candidatures indépendantes, donc marginales, que connaissent les Etats-Unis. Mieux, ce sera terminé des troubles liés aux alliance contre nature!

Partisan depuis longtemps de la bipolarisation de la vie politique, car c'est de la confrontation idéologique des projets que nous progressons plus vite (l'histoire de La Réunion après la Départementalisation le montre bien!), je souhaite que Objectif-Réunion devienne l'avant garde de la rénovation politique à Droite (à La Réunion puis pour la France). Ce qui suppose la création:

- d'une fédération de droite réunionnaise, avec des courants organisés et représentés au sein d'un bureau exécutif élu par les adhérents et militants;

- d'un processus de primaires pour toutes les élections, avec une consultation des électeurs sur le plan départemental pour des élections majeures (régionales, européennes, législatives), sur le plan local pour les élections locales (cantonales et municipales) et interne pour les sénatoriales;

- la reconnaissance de la prééminence du militant sur l'élu, donc qu'être élu suppose d'avoir au préalable été militant.

C'est à une vrai révolution intellectuelle que nous impose la gauche, à travers ces primaires. Ne pas s'en apercevoir et ne pas réagir derait plus que de la ringardise, ce serait du conservatisme rigoriste!

Les commentaires sont fermés.