Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 août 2011

Lettre que les élus de Saint-Louis ont adressé au Préfet et à l'Agence Régionale de Santé!

Le Plan Départemental d'Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés a été

adopté par le Conseil Général lors de sa séance plénière du 29 juin 2011. Ce plan ne

prévoit pas la création d'autre modes de traitement de déchets que le tri mécano-

biologique et l'enfouissement après stabilisation.

Ce qui sous-entend que nous allons concevoir, à l'image de ce que préconise le

Schéma d'Aménagement Régional et le même PDEDMA, qu'une unité d'enfouissement

devra être créée par micro-région. Et ce qui sous-tend que le site de la Rivière Saint-

Etienne risque d'être étendu et d'avoir une durée de vie prolongée au delà de ce que

prévoient les textes en vigueur.

 

Le Centre d'enfouissement technique de la Rivière Saint-Etienne a été ouvert au

milieu des années quatre-vingt pour répondre au besoin en traitement des déchets. Mais

aucune étude n'a été réalisée depuis pour mesurer l'impact des vents dominants sur la

santé de la population saint-louisienne la plus proche du site.

 

Or, nous avons constaté, avec la crise du Chikungunya, que ce site était un lieu

important de prolifération des moustiques: Saint-Louis et La Rivière étant durement

touchés, au même titre que Pierrefonds et Bois d'Olives tout proches.

Durant la même période, les saint-louisiens et certains médecins ont mis en lumière

le fait que la proportion de personnes atteintes de maladies respiratoires (simples ou

chroniques) se trouvaient dans la zone sous le vent proche du CET, soit les quartiers de

l'Etang (qui cumule le désavantage environnemental d'accueillir les sites de concassage et

de stockage des matériaux alluvionnaires, générateurs de poussières), du Centre-ville, de

la Gare et de la Chapelle.

 

Aussi, parce que :

− nous sommes opposés à la création d'une nouvelle décharge sur ou à proximité de

notre territoire ( les techniciens parlent officieusement d'un site d'enfouissement à

créer au dessus du quartier du Gol à Saint-Louis ou dans les anciennes carrières

de la forêt de l'Etang-Salé ! )

− nous sommes plutôt favorables à la création d'une unité de valorisation énergétique

des ordures ménagères par incinération en contrebas de la Rivière Saint-Etienne,

contre la falaise (Saint-Louis accueille déjà deux incinérateurs de déchets

médicaux et une centrale thermique bagasse-charbon) ou contre l'actuel CET,

nous souhaiterions que l'Agence Régionale de Santé effectue avant la fin de cette

année:

− une étude épidémiologique approfondie sur l'origine et les maladies respiratoires de

la population des quartiers sus-cités, et sur Saint-Louis en général, en comparaison

avec les autres villes ne subissant pas les effets directs du CET ;

− une demande auprès de l'Office Réunionnais de l'Air afin que des mesures soient

effectués sur les rejets des unités industrielles sus-mentionnées ;

− une publication, notamment en associant la Commission Locale d’information et

de Surveillance du CET-Sud, de tous les éléments déjà existant sur ces sujets très

sensibles.

 

Souhaitant pouvoir contribuer au débat sur le traitement des déchets avec les

meilleures informations possibles et avec des projets protégeant le plus la santé de nos

populations, nous attendons avec impatience, en notre qualité d'élus de Saint-Louis, un

retour à ce courrier.