Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 décembre 2010

Quelle créolisation des cadres?

C'est un sujet qui semble revenir à la mode tant les politiques semblent en découvrir, ou redécouvrir, les vertus. C'est un sujet sensible dit-on; mais n'est-ce pas aussi le noeud gordien de ce que certains ont nommé l'égalité des chances? Que pouvons-nous faire, nous politiques locaux?

Dans ce Département-Ile, 95% des postes à responsabilités (cadres supérieurs) dans la fonction publique d'Etat ou Hospitalière, dans les Etablissements Publics Locaux, dans les grandes entreprises privées (industries ou services) ou dans les Sociétés d'Economie Mixte, sont occupés par des personnes venant de l'extérieur de La Réunion (France hexagonale, autres DOM, TOM ou français ayant vécu à l'étranger). Seule la fonction publique territoriale échappe plus ou moins à la règle car les locaux ont réussi à truster les postes à responsabilité.

Tout le monde en parle, mais il y a parfois contradiction entre les paroles et les actes.

Trois exemples:

1) La Présidente du Conseil Général crie, depuis quelques jours, au secours pour créoliser les cadres, lançant force publicité pour dire que le Département va aider des doctorants ou recruter en CDD des jeunes diplômés locaux (20 par an). Mais en créant le GIP-SAP (pour pallier à la disparition de l'ARAST), elle nomme sans concours ni appel à candidature un directeur n'étant présent à La Réunion que depuis 3 ans. S'est-elle assurée qu'il n'y avait aucun réunionnais capable (compétences) et qualifié (diplômes) pour prendre cette responsabilité à plus de 5000€ mensuels? Absolument pas!

2) A Saint-Louis, en 2008, le nouveau maire a viré une saint-louisienne comme DGS pour prendre un ancien gestionnaire de supérette en métropole, devenu sous le règne de la gauche Directeur Général Adjoint!

3) Dans une association à caractère social en 2009, les administrateurs 100% réunionnais ont choisi l'une des deux candidatures extérieures comme Directeur, en rejetant les huit candidatures locales, sous prétexte que la personne choisie connaissait bien la structure pour y avoir fait un audit organisationnel (bonjour le conflit d'intérêt)!

Dans ces trois situations, où est l'égalité des chances?

Chacun émet le souhait que la réunionnaise directrice adjointe du Parc National des Hauts soit nommée Directrice par l'Etat? Mais personne n'ose dire à l'Etat que si elle n'est pas nommée, les élus de La Réunion quitteraient le Conseil d'Administration du Parc National!!! Paroles et actes!

Oui, il serait temps que les élus locaux passent aux actes concrètement, et nomment systématiquement des réunionnais à des postes à responsabilités, mettant l'Etat devant le fait accompli vu son retard pour appliquer ses propres directives en la matière. Si nous ne donnons pas l'exemple, nous ne pouvons rien réclamer.

Les batailles idéologiques ont ceci d'intéressant qu'elles obligent chacun à définir son idée, à l'expliquer puis à l'appliquer.

- "Vivre et travailler au pays"? Chiche à condition qu'un projet de développement permette de trouver le plein emploi localement, dans cette mondialisation, avec un salaire de niveau européen!

- "Préférence régionale"? Pourquoi pas si on ne transforme pas un coupeur de cannes, sans autres formation, en autre chose qu'en un professeur spécialisé en coupage de cannes, respectant donc le principe de spécialité et de l'expérience!

- "A compétences égales, recrutement local"? Dix fois oui si, et seulement si, on ne choisit pas systématiquement un bac plus dix, alors qu'on demande un Bac plus cinq, pour prétexter qu'on n'a pas les compétences localement!

Qu'importe les slogans, nous devons faire preuve d'abnégation dans nos actions. Cela ne sert à rien de créer ici un Institut Régional d'Administration si nous n'avons pas changé nos mentalités au préalable.

Nous, élus locaux, nous devons nommer systématiquement, contre l'avis des services de l'Etat ou des lobbyes, des réunionnais lorsque le pouvoir de décision nous appartient. Lorsque c'est à l'Etat de le faire, boycottons les réunions où les responsables ne sont que des cadres non réunionnais à au moins 50%! Poser des symboles fait partie intégrande de la polotique et du progrès: c'est la révolution intérieure...

Certains vont croire ou crier à l'extrémisme ou autre bétise de ce genre: je suis départementaliste, et je ne fais que reprendre une idée politique qui découle du bon sens. Croit-on sincèrement que l'on va recruter un domien avant un alsacien en Alsace, en Bretagne ou dans le Périgord si les compétences locales, appuyées par des élus locaux, sont nombreuses? Non! Alors, soyons réalistes et procédons rapidement à la créolisation des cadres!

Mais de grâce, qu'on nous épargne les débats de qui est réunionnais ou pas pour ne pas avoir à agir!

Commentaires

Monsieur Hamilcaro on c'est rencontrer la premiere fois a la soirée des sapeur pompier de saint louis en 2009.
je vous avais dis tout l'estime que je considère a votre égard et les grandes choses que vous pourriez faire pour notre ville malgré le passer et les mauvais choix effectuer de votre entourage , je maintiens mes propos et persiste a croire en vos qualités d'élu et de représentant des saint louisiens et riviérois . Cest pourquoi j'aimerai m'engager a vos cotés dans ce combat et permettre votre retour afin de pouvoir sauver notre ville et retrouver notre serènité et son épanouissement au vu de la réaliter actuel catastrophisme, merci

Écrit par : GONNEAU | 20 décembre 2010

Assez d'accord avec vous,

Écrit par : 100% R | 23 février 2011

Les commentaires sont fermés.