Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 octobre 2010

De la nécessité d'un débat idéologique (1)!

L'idéologie est ce qui différencie les partis politiques: difficile d'en parler dans notre île tant nos débats en sont dépourvus ces derniers temps.

Sans entrer dans une trop longe synthèse historique, nous pouvons dire succinctement que La Droite à La Réunion semblait réunir ceux qui veulent que La Réunion reste française et la Gauche rassemble ceux qui voulaient l'Autonomie ou l'Indépendance.

Hélas ou heureusement, ce cliché a vécu et n'était plus souvent qu'un cliché!! Si c'était un peu vrai jusqu'au début des années 1980, cela ne l'est plus aujourd'hui. Mais cette confrontation droite-gauche, même schématique, a permis à La Réunion d'être à la pointe avec:

- des hommes politiques de qualité, se battant sur leur convictions et sur une nécessaire élévation des débats

- la confrontation des projets radicalement différents

- une course au développement sans relâche, avec des réalisations concrètes, ayant construit La Réunion tel que nous la vivons aujourd'hui.

Si nos aînés quelque soit leur bord politique ont été des grands, c'est l'absence de renouvellement de notre matrice idéologique qui fait que nous, les hommes politqiues actuels (dont je fais partie!), nous ne sommes plus audible ou que nous ne savons plus convaincre nos compatriotes: nous avons le verbe facile mais nous n'avons plus la verve basée sur une ligne directrice claire.

Ei si les anciens commentateurs (journalistes, citoyens critiques, fonctionnaires d'Etat...) avaient l'analyse dure, ils n'avaient pas comme aujourd'hui la critique simpliste.

Nous devons donc réexaminer ce que et qui nous sommes afin de mieux parler aux citoyens.

Il ne revient nullement à un homme de Droite ou du Centre-Droit de définir le logiciel idéologique de la Gauche: à elle de le faire et de dire ce qu'elle est!

Mais oui, parlons de nous: quelle Droite Réunionnaise? Disons le de suite, il y a deux courants au sein de la Droite:

- le premier est jacobin et légitimiste sur le plan institutionnel (le gouvernement décide quel modèle à suivre), libéral-capitaliste sur le plan économique (la recherche du profit est important dans le cadre d'exonérations diverses), conservateur sur le plan sociétal (les moeurs sont posées par la loi et les principes, donc immuables), Rigoriste sur le plan social (chacun défend son modèle, mais où la privatisation est forte et l'ordre prime) et Nationaliste sur le plan culturel (l'Identité ne peut être que nationale, donc assimilée). C'est ce qui faisait l'UDR et le RPR hier, et fait l'UMP aujourd'hui. C'est la Droite classique.

- le second est décentralisateur sur le plan institutionnel (le cadre départemental ou régional peut bouger et s'adapter sans risquer de couper les liens d'égalité au sein de la Nation), libéral-social sur le plan économique (libre entreprise et libre profit mais avec la nécessaire intervention de l'Etat pour redistribuer la Richesse), Réformiste sur le plan sociétal (les lois peuvent évoluer parce que les moeurs évoluent, mais sans mettre en péril les fondements même de la société), Juste sur le plan social (l'ordre doit servir la loi et celle-ci doit être égale pour tous) et Régionaliste sur le plan culturel (l'Identité est d'abord locale pour enrichir la Nation). C'est ce qui faisait le MRP et l'UDF hier, et fait le Nouveau Centre-UDF aujourd'hui et demain. C'est le Centre-Droit.

Bien sûr, ces deux courants frères mais différents, s'aiment, se détestent, s'allient, se trahissent, s'ignorent, se réconcilient et se méfient l'un de l'autre. Parce qu'issues de la même famille historique d'après 1946: les départementalistes. La compétition, si elle est normale et loyale, s'est malheureusement, souvent au cours de l'Histoire, transformée en guerre uniquement parce que les valeurs ont laissé la place à la rancoeur, à l'arrivisme et aux querelles de personnes. Il n'y a plus eu une Droite avec deux Courants (la Droite et le Centre-Droit) qui se retrouvent à chaque fois que l'intérêt du Pays l'impose mais des individus de ces Droites qui s'allient parfois avec des adversaires des Gauches pour imposer leurs intérêts respectifs!

Or, en réaffirmant nos valeurs, nous pourrons, et nous devons, nous retrouver !!

Car deux valeurs sont plus que jamais d'actualité et nous interpellent tous: l'Humanisme et l'Ecologie! Il n'y a pas d'humanisme et d'écologie de Droite ou de Gauche. Il y a des nécessités: le premier est historique de par notre "vivre- ensemble"; et le second est une question de survie.

Et un impératif se dresse devant nous: à partir de ces valeurs, et uniquement à partir d'elles, quels Pojets, de gauche et de droite, pour La Réunion soumettre aux Réunionnais?

Démocrate et Décentralisateur, Libéral-social, Réformiste, en recherche de Justice et Régionaliste. Et parce que nous croyons que l'Homme doit être au centre de tout, tant dans le lien social, dans la relation économique que dans la préservation des espèces sur cette Terre, nous sommes aussi Humaniste (dans le sens Aimer le peuple) et Ecologiste (dans le sens Protéger la terre réunionnaise et ses espaces). C'est uniquement à partir de ces valeurs que nous continuerons à être élu ou simple militant, avec un Projet à confronter avec celui de nos adversaires de Gauche... Ce sont ces valeurs que nous souhaitons structurer au sein du Nouveau Centre - UDF à La Réunion.

N'ayons pas honte ou peur de ce que nous sommes: levons nos têtes et allons convaincre nos compatriotes qui sont éberlués par le vide sidéral des débats politiques actuels à La Réunion. La politique n'est devenu qu'un ersatz de théatre d'ombres où la haine, le mépris, la médisance, la violence (des mots ou des écrits, lorqu'elle n'est pas physique!) et la rumeur ont pris le pas sur la confrontation des idées et des projets.

Rêvons plus fort de grandes envolées style IIIème république, résultats des grands chocs idéologiques qui obligeaient à l'argumentation et à la critique systémique et technique? Victor Hugo, comme "Grand-Mère Kal", est mort sous l'urgence du béton et l'émerveillement des feuilletons à l'eau de rose.

L'avenir de notre Pays sera ce que nous en ferons, individuellement et collectivement! Mais cela dépendra de notre capacité à ne pas sombrer dans la facilité ni le politiquement correct qui ankylosent notre pays et freinent son développement.

(A suivre)

Commentaires

A lire

Écrit par : FR | 19 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.