Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 janvier 2010

Maison de la Civilisation et de l'Unité Réunionnaise?

LE DOMAINE DE MAISON-ROUGE COMME ALTERNATIVE A LA MCUR !

 

La planèze de Maison-Rouge sur la Commune de Saint-Louis de La réunion, dernier vestige colonial d’un domaine caféier de tout l’océan indien, tombe malheureusement en ruine, malgré la réfection de certains bâtiments par la commune de Saint-Louis en 2000-2001.

Ce domaine est composé :

- Sur environ cinq hectares d’une maison de maitre entourée d’un parc boisé (voir les photos en annexe); d’une argamasse, d’anciennes écuries et d’une maison à l’extérieur du parc ; d’un groupe d’habitations en bardeaux à l’avant (lieu appelé « la Cour », où habitaient les esclaves de pioche, et maintenant certains de leurs descendants) ; d’un groupe d’habitations à l’arrière (appelé « la Barrière », où habitaient les esclaves de maisons, et maintenant certains de leur descendants) ;

- d’une langue boisée de plus de 25 hectares.

Ayant vu tout l’intérêt historique de ce lieu, la municipalité de Saint-Louis décida, en 2002-2003, de confier la gestion d’une partie de l’ensemble construite (environ 5 hectares) et une partie basse où il y a un énorme trou laissé par une ancienne carrière, au Conseil Régional à travers un bail de 99 ans.

L’Objectif était clair : édifier en ce lieu chargé d’Histoire, le Musée des Arts Décoratifs de l’Océan Indien, qui était porté par une association et la municipalité avant l’alternance de 2001, et prévu à La Rivière, dans un bâtiment hors de la route facile des Musées. Pour mieux atteindre cet objectif, la municipalité céda à la Région la totalité du fonds muséal collectionné depuis plus de deux décennies à travers le monde par M. Thierry-Nicolas TCHAKALOFF, excellent conservateur communal puis régional.

Depuis le lancement du projet de la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise, le projet MADOI végète. Pire, certaines mauvaises langues disent même que le fonds muséal sera récupéré pour servir à la MCUR ; ce qui serait illégal au vu des baux passés entre les parties.

Dans un souci de cohérence de projets, d’efficacité d’action, de diminution des coûts et de rééquilibrage du territoire, nous avons proposé dans le cadre de l’enquête publique sur la MCUR:

- d’éclater le projet MCUR et d’en fusionner la partie Exposition d’objets avec le projet MADOI ;

- d’établir ce nouveau projet à Maison-Rouge

- de mettre tous les investissements sur la réhabilitation complète des bâtiments et de ses annexes, voir d’en construire de nouvelles à l’arrière selon l’architecture d’époque ;

- d’inscrire ce projet dans les circuits des musées de France.

Cette réorientation aurait pour avantage de donner au Sud une structure de qualité ; de rehausser le niveau patrimonial et culturel de Saint-Louis, sinistrée en la matière ; d’avoir un coût moindre par rapport aux prévisions du projet initial ; de réconcilier investissement et Histoire réelle.

Commentaires

Il ne faut pas écouter les mauvaises langues... :-)

...

Si on comprend bien, vous n'êtes pas contre le projet de MCUR dans sa globalité?

...
Je pense qu'il ne faut pas mélanger les choses...
Il n'a jamais été dit que les réserves du MADOI iraient à la MCUR (Thierry TCHAKALOFF est le premier à combattre cette idée)

Écrit par : SunTzu | 15 février 2010

Les commentaires sont fermés.