Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 novembre 2009

Délocaliser les Chambres Consulaires?

La Chambre des Métiers de La Réunion, selon des propos tenus par son président et commentés dans les médias de ce matin 2 novembre 2009, va construire un nouveau siège. C'est une nouvelle intéressante pour le secteur du BTP car il y a là matière à marchés publics, donc à travaux pendant cette période de crise.

Mais au delà de cet aspect économique, il serait judicieux de se poser deux questions en terme de réforme:

1) Et si on réduisait le nombre de Chambre Consulaire à 2, contre 3 actuellement ? Ainsi, nous aurions une Chambre de Commerce, d'Industrie et de l'Artisanat d'une part; et une Chambre de l'Agriculture et de l'Industrie Agroalimentaire d'autre part. Quelle cohérence de faire siéger une usine sucrière à la CCIR alors même qu'elle possède des champs de canne à sucre? Idem pour un industriel de la viande qui possède, directement ou par filiale interposée, des élevages voire des cultures pour alimenter ce bétail. Que dire encore d'un artisant qui commence à deux salariés mais voit son affaire exploser et se retrouve avec 100 salariés, avec des méthodes et des outils de production qui le place dans la catégorie d'une industrie? La rationnalisation des moyens et les regroupements de compétences doivent aussi entrer dans un débat sur la réforme territoriale: nous avons besoin d'efficacité et de rapidité d'actions et de décisions.

2) Et si on transférait le siège de la Chambre des métiers dans le Sud ? Le président Picardo est sudiste; or nous avons toujours estimé que le rééquilibrage du territoire en faveur du Sud est une nécessité. Nous avons là l'occasion rêvée de concrétiser une volonté politique. Dans le même ordre d'idée, un transfert de la Chambre d'Agriculture vers l'Est nous parait tout à fait pertinent, d'autant plus que le Président Minatchy vient de la côte au vent.

Ce genre de décisions, mine de rien, est lourd de conséquences pour l'avenir et pèse de beaucoup dans le développement d'un territoire et dans les orientations d'aménagement. Que l'on se rappelle de la décision de Mahé de Labourdonnais de transférer la capitale de Saint-Paul vers Saint-Denis au 18ème siècle: nous supportons toujours le poids du développement du nord au détriment des autres, avec cet obstacle majeur et coûteux qu'est la route du littoral. Il en est de même pour la création puis l'extension du port dans l'Ouest. Et que dire de la force aspirante du Tampon depuis la création de l'Ecole Militaire Préparatoire puis de la quatre vois qui relie Saint-Louis au Tampon en contournant Saint-Pierre.

Si la première question peut faire l'objet d'un débat approfondi, la seconde peut être immédiate. Trop simple ? Il est vrai que nous avons oublié, dans ce siècle et dans ce pays, ce que c'est que le bonheur simple des gens simples: le pragmatisme des gens de la terre.

Chaque décision à prendre doit l'être en matière de réorientation importante et de rupture pour créer un électrochoc économique dans notre pays. Réformer, encore et toujours. Tel doit être notre crédo, contre l'immobilisme et les convergences d'intérêts particuliers ou corporatistes.

Commentaires

Salut Cyrille

Çà y est... Tu auras quand même attendu un mois pour revenir par ici...
Ce que tu proposes, à travers ce post, on l'a déjà entendu dans la bouche de Vergès (l'ancêtre, pas le bleu bite) au moment où il était question de la Bidep (qui aurait aussi pu changer la donne dans le sens qui semble être le tiens, mis de côté les espoirs purement politiciens suscités par cette perspective...
J'aurais aimé plutôt savoir ce que tu pensais des propositions de Sarkozy concernant notamment la re-configuration de nos assemblées locales...

Salutations

SunTzu

Écrit par : SunTzu | 08 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.