Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2009

Sauvons Saint-Louis!

Mesures d’urgence pour sauver Saint-Louis

 

I INTRODUCTION

 

La situation de Saint-Louis est bien plus dramatique que ne l’a souligné la Chambre Régionale des Comptes. En effet, celle-ci reconnaît elle-même qu’elle n’a pu voir examiner tous les postes budgétaires et les actions menées par manque de temps.

 

Le déficit programmé de la Cuisine Centrale (- 350 000 € à ce jour), les travaux en régie communale chez des particuliers (environ – 400 000 € en cours) non valorisable en investissement donc sans FCTVA, la baisse prévue de l’octroi de mer (-3 millions € de recettes), les entreprises non encore honorées (- 500 000 € environ, particulièrement pour l’achat de voitures individuelles et la livraison de la Cuisine)… Ce sont autant d’éléments qui nous font pousser encore, comme en février 2009, une sonnette d’alarme.

 

De nombreuses personnes nous interrogent sur l’opportunité de briguer la mairie de Saint-Louis, après le gouffre que mon successeur déchu a creusé en un peu moins d’un an et demi.

Nous leur répondons que l’un des principes qui nous guident est que, lorsque survient un problème posé par un homme, il est à la portée d’un autre homme d’y remédier.

 

Pour cela, il nous faut user de créativité, et oser des options jusqu’ici inexplorées.

 

Malgré la catastrophe budgétaire –doublée d’une catastrophe managériale sur le plan des ressources humaines- il nous incombe, en tant que Saint-Louisien, aimant notre ville et ses natifs, de hausser notre action à la mesure qu’exige la situation exceptionnelle que connaît aujourd’hui la Commune :

  • élection invalidée,
  • budget invalidé,
  • tutelle doublée d’une délégation spéciale,
  • déficit record,
  • élu détenant la palme du plus mauvais gestionnaire de toute la France
  • plus gros ratio d’employé par habitant de toute la France…

 

Alors, que faire ?

 

« Nous choisissons d’aller sur la Lune dans cette décennie et d’accomplir ces autres choses, non pas parce qu’elles sont faciles, mais parce qu’elles sont difficiles –parce que cet objectif servira à organiser et à mesurer le meilleur de nos énergies et de nos compétences. Parce que nous sommes prêts à accepter ce défi, parce que nous ne voulons pas le différer, et parce que nous avons l’intention de l’atteindre. » (Extrait d’un discours prononcé par John F. Kennedy devant les Américains dans les années soixante quand il parlait d’envoyer un homme sur la Lune).

 

Face à cette situation inédite, nous devons relever le défi. Et nous n’hésitons pas à faire appel à des options nouvelles.

 

II PROPOSITIONS DE REDUCTION DES DEPENSES

 

  1. Proposer une prestation temporaire (3 mois) à un « Cost killer » chargé de trouver les niches permettant de réduire de 20 % chaque ligne du budget de fonctionnement.

Ce « Tueur de coûts » analysera et nous conseillera utilement, à notre demande ponctuelle tout au long de l’année 2010, en complément de notre expérience aux affaires et de la réalisation des mesures urgentes.

 

  1. Externalisation des emplois municipaux par la création de deux « Groupement Local d’Employeurs » : 1 pour créer des emplois dans le secteur de l’Environnement, et 1 pour crée des emplois dans le secteur des Services à la Personne. Ce qui réduira drastiquement les coûts liés, en interne, aux charges de personnel, en distribuant ces coûts sur l’ensemble des partenaires (entreprises privées, fondations, associations, mairie, collectivités, Etat, intercommunalité)

 

  1. Fermeture du garage municipal et Vente des véhicules communaux (voitures, camions, et tous les autres engins). Cette mesure permettra d’économiser au niveau des assurances, des frais de carburant, et abolira les trafics de pièces auto et de carburant opérés jusqu’ici. Les travaux en régie seront limités au strict minimum afin de faire travailler les entreprises sur des travaux d’investissement, même mineurs.

 

  1. Retrait des véhicules de fonction aux élus et agents pour une durée minimale de deux ans

 

  1. Suppression des téléphones portables dans tous les services autres que la Police Municipale et l’Etat Civil

 

  1. Suppression des climatiseurs puis les remplacer par des ventilateurs fonctionnant au vent et à l’énergie solaire et installation d’interrupteurs automatiques dans tous les bâtiments publics afin de réduire la consommation électrique

 

  1. Réduction des indemnités de fonction du Maire et de ses adjoints de 10 à 20% pendant toute la durée du Contrôle Budgétaire par la Chambre Régionale des Comptes

 

  1. Réduction des frais de fêtes de 80%

 

  1. Les voyages des élus seront suspendus pour une durée de deux ans

 

  1. Suppression de toutes les primes de connivence (exemple : la prime de représentation de 15% de salaire octroyée au Directeur Général de Service), puis remplacement par des primes d’intéressements et des primes de mérite selon des critères bien spécifiques

 

  1. Regroupement des services municipaux (bâtiments, logistique, management etc.) Résilier les baux des loyers occupés par la commune, Annuler les mises à disposition gratuite des locaux communaux aux tiers et Rapprocher les agents communaux de leur domicile en vue d’établir de substantielles économies

 

  1. Règlementer l’Attribution des aides financières sous critères établis en lien avec les services sociaux du Conseil Général, et non par connivence politique

 

  1. Réduire de 80 % l’utilisation des consommables (papiers, encre, etc.) en optimisant les services intranet

 

  1. Licenciement des emplois fictifs, cette génération qui ne travaillent pas (les « shemiz gran mansh », les « Komandèr », les « chauffeurs de maîtres », les « nervis »)

 

  1. Orienter les travaux en régie vers « l’économie écologique de récupération » par la recherche et le tri des déchets valorisables (le fer pour clôtures et autres barrières ; le verre pour les sous-couches routières ; le moellonage pour la maçonnerie ; la terre, les déchets verts, les résidus de bois et les papiers/cartons pour le compost…)

 

  1. Fermer les compteurs d’eau des parcs et des jardins publics pour un arrosage manuel avec de l’eau de récupération et Remplacer l’éclairage public électrique par des éclairages solaires pour faire baisser la facture énergétique

 

III PROPOSITIONS DE RECETTES SANS NOUVELLES AUGMENTATION DES IMPÔTS LOCAUX JUSQU’EN 2014

 

  1. « Avec 25 centimes par jour, sauves ta commune ! »

 

A situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles :

 

A- Nous lancerons cette opération qui consiste à solliciter chaque citoyen (de La Réunion ou de France Hexagonale), sur la base du volontariat, à donner 100 Euros en une seule fois à la Mairie. Ce qui représente environ 8 euros par mois chacun soit environ 25 centimes par jour.

 

B- Nous appellerons la diaspora saint-louisienne du monde entier (via leur famille et internet), à faire des dons financiers ou des legs à la commune de Saint-Louis

 

Ces opérations se feront par le biais du Trésor Public, sur un compte spécial créé à cet effet, et tous les dons, après négociation avec le Ministère du Budget, seront exonérés d’impôt comme pour les dons aux fondations, aux associations et aux partis politiques.

 

  1. Actionner les relations gouvernementales pour obtenir des crédits spécifiques sur certaines opérations de développement (exemple en écologie : grand projet vert de la ville) et solliciter les parlementaires pour bénéficier exceptionnellement de leur réserve parlementaire sur de l’année 2010

 

  1. Candidater systématiquement aux subventions des fonds européens et de la Banque Mondiale sur des projets innovants, tant en fonctionnement qu’en investissement (exemple de l’éclairage public solaire)

 

  1. Instauration d’une taxe nouvelle sur l’affichage publicitaire, ne touchant pas les familles saint-louisiennes

 

  1. Inciter l’implantation de nouvelles familles et Faciliter les constructions sur la commune pour élargir l’assiette fiscale comme le souhaite la Chambre Régionale des Comptes

 

  1. Faciliter l’accession à la propriété pour les locataires de la mairie et des bailleurs sociaux

 

  1. Créer quatre zones d’activités supplémentaires sur la commune

 

  1. Multiplier les Partenariat Public Privé sur les grands projets afin d’éviter les emprunts (donc le remboursement de la dette) et afin d’avoir des recettes d’exploitation des biens publics

 

  1. Tarifer toutes les prestations et les missions qui ne relèvent pas du service public (toilettes publiques, visites touristiques des monuments et patrimoine publics, entretien des zones d’activités et des voiries privées)

 

Toutes ces mesures doivent nous amener à l’équilibre en moins de 12 mois.

 

Les commentaires sont fermés.