Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mai 2009

Crise morale et sociétale?

L'arrestation de Juliano Verbard, que l'on présentait, un peu trop fortement, comme l'ennemei public n°1, est une bonne chose. Les gendarmes ont fait un excellent travail et la population a joué son rôle dans ce genre d'évènement: commenter.

Main au delà de tout cela, n'avons-nous pas à nous poser des questions sur le comment un tel personnage a pu exister?

Normalement, il y a des institutions solides pour permettre à l'individu de s'épanouir socialement: les institutions religieuses séculaires (l'Eglise, la Mosquée, le temple), les syndiquats, les partis politiques, les associations culturelles et sportives, les groupes d'amis de quartier ou d'écoles... Ces institutions ne répondent-elles à ce point aux interrogations des gens pour qu'on assiste à cette dérive de voir n'importe qui se prévaloir de dons pour devenir le fondateur d'une secte?

Si des gens sont aussi captifs d'un autre, c'est bien parce que la société a échoué à imposer ses repères. Si nous nous battions un peu plus pour reconnaitre nos Valeurs, peut-être y aurait-il moins de dérives et moin de personnes désorientées au point de croire n'importe quoi et n'importe qui.

Les sociétés traditionnelles savaient transmettre ses valeurs, donc son code de conduite, aujourd'hui ce n'est plus le cas. La faute à l'individualisme, à la consommation, au spectacle et à la médiatisation du néant culturel.

Juliano Verbard n'est que le symptome de notre société malade!

Les commentaires sont fermés.