Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2009

Les premiers pas d'OBAMA

Un discours d'investiture plein d'espoir même si un vidé de sa substance par un formatage necessaire pour l'occasion solennelle. Des actes en conformité avec ses engagements de campagne, avec la fermeture de Guantanamo et un retrait progressif d'Irak.

Nous pouvons être fiers, mais il nous appartient de ne pas oublier que monsieur le Président des Etats Unis invoque souvent l'esprit des pères fondateurs de l'Amérique. En ce sens, bien que le monde soit rempli d'attentes à son égard, Obama est et reste le présiedent des américains, et d'eux seuls, d'abord.

La fierté de la nation américaine est allée à son paroxisme sous Bush en devenat un nationalisme dominateur et violent envers des américains mêmes. Or, aucune Nation ne peut, dans sa globalité, incarner le Bien ou le Mal. Ce sont ses dirigents qui sont humanistes ou déjantés. Obama semble profondément humaniste. Accrochons-nous à cette espérance qu'il le demeure.

Pour ma part, je crois que l'humanisme est l'avenir de cette planète. Mais personne ne peut dire qu'il vit toujours en adéquation avec ces valeurs importantes. Alors, luttons contre nous même d'abord, dans notre for intérieur, pour que nous soyons aussi bon que cette homme semble être. Que chacun de nous se demande comment réinventer la formule de la bonté!!!

Vaste entreprise mais on ne peut aimer Obama, pour être dans l'air du temps, et tenir encore des propos à la limite de l'outrance ou ouvertement raciste contre quiconque. C'est tout l'art de la cohérence intellectuelle: être en même temps que paraître ce que l'on est!