Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 novembre 2008

La honte pour la Saint-Louisienne ?

Saint-Louis connait ce jour un moment fort, mais hélas honteux, de son histoire.

Après 72 ans parmi l'élite, la Saint-Louisienne descend en deuxième division après avoir été le symbole du combat pour la fierté de la ville.

La faute à qui?

- à une équipe de dirigeants nouvellement arrivés, qui ne connaissent rien au football et à l'âme saint-Louisienne: un fils à papa-maire devenu vice-président, un nervi devenu responsable des équipes juste pour voir son fils myen jouer et un mari (ancien joueur et entraineur incompétent) d'une adjointe au maire ne font pas d'autres miracles que d'essayer de faire croire qu'ils sont les meilleurs

- à celui qui créa la politisation à outrance d'un club, devenu le point fort d'un candidat devenu maire et qui proclamait être seul capable de faire "une Grande Saint-Louisienne": Claude HOARAU doit assumer les conséquences de son échec personnel.

- à ceux qui ont eu du mépris pour des joueurs. Ces derniers ne pouvaient plus être serein quand on mettait fin à leur contrat de travail ou quand on jetait leurs épouses employées communales dans des services éloignés de leur domicile ou quand on leur repochait d'avoir des parents d'un camp politique opposé. Bravo aux joueurs qui sont allés jusqu'au bout d'eux-même, sans broncher face aux insultes, aimant leur club même sans être payés depuis le début de la saison.

Les raisons de ce scandale unique ne sont pas sportives: elles sont politiques! Et pourtant, la jeunesse saint-louisienne est belle et talentueuse; Mais on a détruit en 7 mois tout un travail de formation et de confiance mené depuis 2004.

Honte aux responsables de ce désastre, mais ce ne sont aux joueurs actuels ou anciens.