Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mai 2008

Une Dictature à Saint-Louis ???

Le mot est fort. Mais je pense qu’il est temps de dire simplement les choses, sans tabous et surtout sans langue de bois.

J’ai perdu les élections municipales sur des erreurs personnelles, sur des trahisons de proches ou supposés tels, sur des divisions de la famille de droite au premier tour, sur du racisme primaire, sur le fait que je sois interdit de mairie, sur un mauvais choix de colistiers, sur… On pourrait trouver des raisons à l’infini. J’ai perdu aussi parce que mon adversaire a été bon dans l’organisation, dans ses promesses et dans la fédération de tous les mécontents et jaloux : c’est un art et il a été un bon artiste. Et maintenant ?

La commune avait réussi à décoller ; j’attends de voir la politique du nouveau maire. Aujourd’hui, on ne sait rien de ce qu’il veut faire simplement parce qu’il occupe l’esprit de ses électeurs avec toujours la haine des autres. Il détourne l’attention en s’attaquant aux plus faibles, à ceux qui ne peuvent pas se défendre : les employés communaux supposés proches de moi. A ce jeu subtil de désignation de l’ennemi, il n’y a pas pour l’instant de contestation dans son camp : chacun se focalise sur les amis de Cyrille en espérant prendre leur place. Agitation et Propagande sont devenues les mots et les actions d’une politique qui n’existe pas mais qui donne l’illusion d’exister…

Aux Saint-Louisiens, je dis qu’il faut respecter le verdict des urnes mais qu’il est difficile, je le comprends, de respecter un pouvoir certes légitime mais aux contours, aux actes et aux discours dignes de la pire des dictatures. C’est un pouvoir de la haine et de la « justice populaire » donc forcément injuste.

Face à l’innommable, le seul comportement qui vaille est et reste La Résistance !

Que les citoyens résistent en apportant un soutien et un réconfort à ceux qui souffrent. Mais qu’ils apprennent aussi que le silence dans l’action, la patience d’attendre pour s’exprimer à nouveau dans quelques mois peut-être, dans quelques années sûrement, est une arme terrible : participer massivement à toutes les élections qui viennent, et sanctionner à travers tous les scrutins ce pouvoir de la haine !

Que les quatre autres candidats du premier tour, têtes de liste ou simples colistiers, comprennent bien qu’ils ont leur part de responsabilité dans l’installation, par une population trompée, de cette dictature ! Tirer les leçons de cela c’est admettre que les discours systématiquement anti-Hamilcaro du premier tour n’ont pas été sans conséquences sur le retournement des électeurs entre le premier et le second tour : à Saint-Louis, ville fortement politisée, il n’existe que deux blocs. On est d’un côté ou de l’autre. Que ceux qui seront dorénavant candidats sachent bien que nous ne leur ferons plus de cadeaux car leur présence ne sera que pour aider Claude Hoarau et ses successeurs potentiels !

Aux employés communaux (cadres ou agents d’exécution), je vous ai toujours répété que l’agent le plus important dans la collectivité était à mes yeux le balayeur de rue : la ville est propre, donc attractive, grâce à lui. Chacun à sa place, même si les décisions de ce maire sont cruelles et dignes des actes des « komandèr », doit d’abord rester au service du public. Notre ville a besoin de ses enfants ; mais ces derniers ne doivent jamais oublier que La Résistance est une obligation face à des ordres ou des décisions illégales. Contestez, mais dans les voies du droit et dans le respect de la fonction du maire, même s’il ne vous plaît pas. Face à la Dictature, la meilleure arme reste encore de parler de Paix et de Progrès dans la Démocratie. Demain est un jour meilleur car « carême ne dure pas cent ans » !

Aux électeurs qui ont aidé le nouveau maire mais qui regrettent déjà, soyez sûrs que nous comprenons votre amertume. Même si nous n’acceptons pas les motifs que vous invoquez pour avoir choisi cet homme, cette politique, cette vision de l’avenir, ce projet démagogique, cette méthode. Car ce sont bien là les critères qui doivent vous amener, comme tout citoyen responsable et éclairé, à choisir lors de votre vote.

L’avenir nous appartient… Notre ville sera ce que nous en ferons, aujourd’hui et demain. Pour ma part, je préparerai les échéances futures avec celles et ceux qui pensent déjà à après-demain. Le combat ne fait que commencer, mais un combat digne, sincère et surtout où nous aurons enlevé tous les scories qui sont dans nos chaussures et qui nous ont handicapé. Cela vaut pour tout le monde, à commencer par moi-même, si chacun veut être crédible.

Commentaires

avec votre défaite au soir du 16 mars et surtout la victoire de M.Claude HOARAU, Saint-Louis a fait un bond en arrière de plus de vingt ans. A l'heure où les esprits se doivent d'être éclairés, à l'heure où le dictat communiste fait toujours des ravages dans certaines contrées, la population saint-louisienne à une faible majorité a choisi le retour vers le passé.

Depuis ce soir du 16 mars il ne se passe pas un jour sans que Saint-Louis ne fasse le bonheur de la presse écrite et de la radio par les frasques de certaines personnes pour qui aujourd'hui le pouvoir est à eux.

Des jeunes, des femmes, des hommes souffrent de voir leur contrat cassé, souffrent de se faire humilier, souffrent de perdre leurs revenus qui leur permettait jusqu'à maintenant de vivre parfois de survivre!

L'Humain, les lois de la République, le Respect on les a jetés aux oubliettes. Aujourd'hui un voisin qui n'apprécie pas que vous ayez une opinion différente peut faire en sorte que vous soyez affecté ailleurs si possible le plus loin possible de chez vous.

S'il faut tenir six ans, on tiendra six ans, il existe encore de nombreux esprits éclairés dans cette ville, des jeunes qu'on n'achète pas avec vingt euros pour boire un coup, des jeunes qui restent vigilants et qui n'hésiteront à dénoncer toute atteinte aux Droits de l'Homme.

En tout cas comprenez bien une chose, ce ne sont pas les personnes qui vous faisaient de grands sourires, celles qui ont pu obtenir votre confiance pour avoir telle ou telle chose qui ont au final voté pour vous.
Certaines personnes bien qu'étant dans le besoin n'ont rien obtenu en six ans et vous soutiennent toujours aujourd'hui! Vos amis n'étaient pas focément là où vous croyiez!

Écrit par : ex zlk450 | 06 mai 2008

Ensemb ns tien bo ns largue pa.
Ensemb ns va fait que 2009, St Louis redeviènne verte d'espoir.
Mi croi en ou,ns croi en ou.
HAMILCARO PARTT

Écrit par : garcon VC | 30 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.