Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mai 2008

Le 1er mai? Une habitude...

Quel est le sens de la fête des travailleurs dans un département où le chômage est important? Le premier mai ne peut être fêtée par les chomeurs puisque ce sont les travailleurs qui manifestent pour améliorer leur sort de salariés. Mettre dans le même cortège ces deux catégories de citoyens (actifs et inactifs car privés d'activités!) relèvent de l'incohérence ou de la manipulation intellectuelle.

Le monde syndical doir poursuivre ses efforts de modernisation, tant de ses structures, de sa représentativité que de ses idéologies et idéeaux.

Pour ma part, je préfère en ce jour, bien qu'homme de centre-droit (Démocrate, Européen, Libéral et Social), rendre hommage à un homme qui s'est suicidé il y a 15 ans jour pour jour: Pierre Bérégovoy.

Ce premier mai était important pour lui et ce n'est pas pour rien qu'il s'étatit suicidé à cette date qui lui rappellait tous les meilleurs évènements de sa vie et de son parcours. La méritocratie a son personnage sacré le sien. Doublé bien sûr de celui de René Monory.

Ces hommes se sont hissé dans les plus hautes sphères de l'Etat à travers la politique, mais uniquement armés d'un CAP contre les énarques et les polytechniciens.

Cet homme mérite un monument pour que nos enfants croient encore aux 1er Mai... Mais on oublie tellement vite les idéaux.

Les commentaires sont fermés.