Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mars 2006

Commémoration du 60e anniversaire de la Départementalisation

-----------------------------------------------------------
Hommage rendu à Mme Simone VEIL à l'occasion de sa venue à Saint-Louis
-----------------------------------------------------------

Madame Simone VEIL
Mesdames, Messieurs les Elus
Chers Amis,

C’est avec honneur et fierté que la ville de Saint-Louis accueille aujourd’hui une personnalité éminente qui a œuvré toute sa vie pour de grandes causes : Madame Simone VEIL.

medium_Simone-Veil1.jpg

Si je peux me permettre de présenter votre parcours, je retiendrai deux évènements qui ont une résonance toute particulière aujourd’hui à l’occasion de la commémoration du 60ème anniversaire de la Départementalisation à Saint-Louis :

d’abord votre passage dans les camps de concentration à Auschwitz puis à Bergen-Belsen et le COMBAT que vous avez mené pour sortir de cet enfer et témoigner des horreurs de l’holocauste.

Le deuxième événement concerne votre implication et votre acharnement pour une plus grande LIBERTE des femmes à travers la loi sur l’interruption volontaire de grossesse en 1975 alors que les mentalités sur ce sujet n’étaient guère évoluées.

Ce sont ces deux mots, COMBAT et LIBERTE, que je retiens aujourd’hui pour commémorer le 60ème anniversaire de la Départementalisation à Saint-Louis.

COMBAT : car le passage de statut de Colonie à celui du Département français a pris plus d’un siècle et malgré les blocages, des femmes et des hommes ont réussi à ancrer définitivement la Réunion dans la France et l’Union Européenne.

LIBERTE : car la Départementalisation a permis l’expression d’une identité, d’une sensibilité propre, issue d’un métissage qui constitue aujourd’hui la richesse de La Réunion.

La départementalisation a conduit à des transformations de la société réunionnaise dans tous les domaines. Je ne reviendrais pas sur les acquis de la Départementalisation tant les progrès aussi bien sociaux qu’économiques sont tangibles.

Pour prendre l’exemple de Saint-Louis, la population a doublé en 60 ans passant de 23 900 habitants en 1946 (avec Cilaos comme quartier) à 50 000 habitants en 2006 (sans Cilaos).

Durant cette période, une trentaine d’écoles primaires, 5 collèges et 4 lycées ont été construits. Toute la population a aujourd’hui accès à l’eau potable. L’amélioration des conditions de vie est réelle. Ces progrès ne doivent cependant pas occulter les défis auxquels nous devons faire face ; au premier rang desquelles figurent les difficultés d’insertion pour notre jeunesse. Je reste persuadé que c’est par notre capacité d’innovation que nous réussirons ensemble, dans le cadre français et européen, à conduire La Réunion sur la voie d’un développement durable.

Cyrille HAMILCARO.